Deux terriens à bord d’un bateau 3


Prenez un informaticien qui travaille dans la finance et un médecin urgentiste-journaliste, parisiens, attendez la trentaine, et voilà… un changement de vie ! Rien ne nous destinait à vivre sur un bateau, sauf le goût de l’aventure, des voyages et de la découverte. B. avait apprécié un séjour scolaire sur un vieux grément dans son enfance. S. avait des bons souvenirs de navigation en Bretagne autour de ses 18 ans, et deux croisières festives avec des amis quelques années plus tôt, l’une aux Grenadines et l’autre dans les îles éoliennes, lui avaient rappelé la liberté qu’on ressent quand on est pris entre le ciel et l’eau. Alors, au détour d’une conversation, le sujet est venu sur la table. Et si on allait faire un stage de voile avec les Glénans ? La réputation de l’école de voile, entre partage, communauté et découverte de la voile a emporté la décision.

Les 5.7 de nos débuts attendent sagement leurs prochains utilisateurs dans la lagune paradisiaque du Fazzio, dans les bouches de Boniffacio

Premières leçons sur un mini-voilier de 5,7 mètres à Paimpol au printemps, quatre jours de niveau 1. C’est court, mais suffisant pour piquer les deux amoureux, qui re-signent pour deux semaines en Corse à la fin de l’été. Une semaine en camping sauvage dans une calanque sur des 5,7 à nouveau, et la suivante sur Tavana, un SunFast 32i, autour de la Sardaigne. Paysages magnifiques, rencontres plutôt sympathiques, même si quelques mauvais coucheurs gâchent un peu le plaisir, et surtout la déception d’un mono bénévole pas du tout « esprit Glénans ». Qu’à cela ne tienne, l’apprentissage de la voile leur tient à coeur, ils sont prêts à y consacrer toutes les vacances – ces deux-là ne font pas les choses à moitié – ils vont prendre des cours particuliers avec un moniteur des Glénans, Antoine, qui monte sa propre école. Une semaine en novembre du côté de Port Camargue, sur Blue Sea, avec chauffage soufflant absolument nécessaire, 4°C la nuit, c’est quand même un peu dur. Puis une autre semaine de manœuvres sur l’étang de Thau avec Andy, un ami d’Antoine, sur un Maxus 21. La série continue avec une semaine dans le Golfe du Morbihan, sur un Feeling 326, avec Fabio, autre ex-Glénans. Après ça Antoine, notre coach personnel, nous recommande de faire un stage de niveau 4 chef de bord avec les Glénans, car l’objectif est de passer le niveau 5 pour être moniteurs. Le stage, au départ de Paimpol à nouveau, sur Epox’sea, un RM 10,50, se passe à merveille : des co-équipiers et un mono, Philippe, très sympas, leur redonnent goût aux Glénans.

Apéro en escadre Glénans au mouillage en Sardaigne.

L’autre projet, celui d’acheter un bateau, s’est installé petit à petit, un peu comme un rêve, une plaisanterie au début, puis de fil en aiguille, de discussions en consultations des annonces, il prend corps. Brann est dans une phase charnière où il a vendu la boîte qu’il avait créée avec David, et il est assez déçu de la transformation de leur « petit kibboutz » en filiale d’une grande multinationale. Heureusement les parties d’échecs, de baby-foot, le développé-chécou, les Chipotle et les apéros du jeudi sont là pour lui remonter le moral. Sarah va terminer son master de journalisme scientifique et jure ses grands dieux que les études c’est terminé, les bancs de la fac à bientôt 35 ans ça suffit, même si elle s’y est fait des amis, chacun plus fou que l’autre, qui vont lui manquer.

Brann écume les blogs de couples ou familles partis vivre sur un bateau, et dévore les livres de grand voyage. Il tombe sur Carole et Daniel sur Folligou, par leur blog, et un échange de mails plus tard, un dîner s’organise chez eux, de retour du Brésil dans leur maison de la banlieue parisienne. Le choix du bateau est difficile, car « toujours trop grand au port, et trop petit en mer », et il faut faire des compromis entre vitesse, confort, solidité, prix… Les critères retenus après de nombreux débats sont : un monocoque (pas un catamaran!), coque en aluminium (résistante aux OFNI), dériveur intégral (pour pouvoir s’approcher au plus près de la côte au mouillage), et suffisamment grand pour que Brann (qui mesure 1,90m) puisse s’y tenir debout au moins dans le carré. Le couple qui navigue depuis des années est de bon conseil, il nous énumère les bateaux : Garcia fait des Passoa et des Maracuja qui pourraient nous plaire, attention aux OVNI, ils sont souvent très mal isolés, et pour aller dans les zones froides c’est pas l’idéal… Malheureusement leur bateau,un Intégral 43, n’est pas à vendre, dommage il était parfait pour le programme prévu (pays chauds, froids, mouillages sauvages). Un nom passe, au milieu d’un millier d’autres informations, Lucy. Le bateau revient d’un tour de l’Atlantique en famille.

Et quelques semaines plus tard, en consultant les sites d’annonces, Sarah voit passer Lucy, elle se souvient du nom, clique sur l’annonce, et c’est le coup de foudre. Brann valide totalement, le bateau est super bien équipé, il a bourlingué. Seul inconvénient, il est au Portugal. Et le propriétaire est en Suisse. Synchronisation des agendas… rendez-vous est pris en novembre 2015 à Lisbonne, au chantier Tagus Yacht Center où elle attend sagement de repartir pour de nouvelles aventures. Et voilà, l’engrenage des tribulations des terriens à bord d’un bateau est lancé ! Quelques galères administratives plus loin, ils prennent le large en mai 2016.


A propos de Sarah

Sarah est médecin urgentiste et journaliste scientifique, passionnée de lecture, de voyages, de musique, de thé et de chats. Et maintenant de bateaux !


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Deux terriens à bord d’un bateau

  • Ilias

    Cocoo Brann et Sarah…de Paris et de mon passage (pour des boulots …enbergee chez Edith je vous envoie des salutations téreens pour vous exprimé mon amitié et mon admiration..
    Et com des bon es marins vou avez mis tout en ordre ,et voilà le bébé. Qu il est déjà là et qui ´ettent se n’être
    Ce superbe tout ça..continuez on est (presque jaloux…
    (Je voulez plus des photos et des vids en action. En bord)
    Je vous envoie mes souhaites pour les fêtes de Noël et une bonne année pleins de bonheur ,santé et ..
    Vents fort et tranquilles en même temps.
    Je vous embrasses fort(Lise aussi je pense)….Le tonton Ilias.

    • Sarah Auteur de l’article

      Merci Seb ! Pour être honnêtes, la première est à mettre au crédit de Google images, et la seconde d’une des monos des Glénans, Maïté, qui est montée spécialement en haut du mât pour immortaliser cet apéro-mouillage à 3 bateaux du côté de la Sardaigne ! 😉