Les instruments de musique à bord 4


Brann et moi jouons tous les deux du piano, nous nous sommes d’ailleurs retrouvés avec deux pianos quand nous avons emménagé ensemble. Le problème était : comment mettre un piano sur le bateau ? Brann était sûr que c’était possible, nous avons regardé les pianos spécifiques de bateau d’occasion, demandé conseil à notre prof de piano, qui nous a assuré que c’était totalement jouable, et que nous devions avoir un piano à bord sous peine de devoir jouer et écouter de la mauvaise musique de piano électronique. Nous avons rêvé en voyant l’installation de Pianocéan, un piano accoustique sur un bateau ! Avec un treuil pour le sortir sur le pont ! Bon, en restant plus réalistes, nous avons cherché partout sur Lucy l’emplacement de notre piano… en pure perte. Même le rangement d’un éventuel piano électrique était compromis.

Puis nous avons rencontré Bruno et Sylvie, à la Corogne, et en visitant leur Super Maramu, Sylvie, ancienne professeur des écoles ayant aussi donné des cours de piano, nous a montré son piano, astucieusement rangé sous la table du carré. Nous lui avons parlé de notre dilemme : nous voulions un piano, mais avions eu des mauvais échos des numériques, et n’avions pas d’endroit où le ranger, ni où en jouer. Quand ils sont venus à leur tour sur Lucy, Bruno nous a montré la façade sous les tiroirs de la cuisine, et nous a dit : « et là, vous n’avez pas la place de le mettre ? » Stupeur, mais oui, c’était faisable ! « Et si vous mettez des barres amovibles au-dessus, là et là, vous pouvez le poser et jouer, à condition de retirer la barre de la cuisine ». Il faut dire que nous avons une barre de lap dance dans la cuisine, pour se tenir en mer, mais qui est au milieu du passage. Moi je ne rêve que de la supprimer, mais il faudrait trouver un autre système pour se caler à la gîte. « Des sangles ! »Ai-je proposé. « Oui, mais on ne peut pas les fixer à droite, parce qu’il faudrait percer dans le frigo… » a répondu Brann (le sujet est toujours en suspend). Mais pour ce qui est du piano, ça y est, nous tenions notre solution !

De retour à Paris pour déménager nos affaires vers la Bretagne où nous avions laissé le bateau, nous avons donc acheté un piano électronique d’occasion, réputé pour avoir un bon toucher et un bon son (Sylvie nous avait dit que c’était tout à fait possible). Il ne restait plus qu’une chose à faire, et qui nous paraissait assez triviale alors : faire un tiroir pour y ranger le piano. La chance a mis sur notre route (mais la chance nous a-t-elle mis sur sa route à lui ? Pas sûr !) Xavier, multi-métiers, de l’ancien préparateur de skis au refit de bateaux en passant par la cuisine et la charpente. Il nous a dit : « pas de problème, une journée et c’est bouclé votre tiroir ! » Nous aurions dû nous méfier, d’autant que Nat, sa compagne, nous avait prévenu : « il est toujours très optimiste sur les délais… » Et le pauvre Xavier, de déconvenue en déception, a finalement mis… plutôt 5 jours qu’un seul ! Il faut dire que les dimensions du piano (moi à Brann dans le magasin : « tu as mesuré l’emplacement du tiroir, c’est bon pour le piano ? » « Mais oui on est laaaarges ! ») étaient quasi-identiques aux dimensions intérieures du futur tiroir… Xavier, beau joueur (mais mauvais perdant aux échecs), a fini par rire de ses nombreuses mésaventures avec le tiroir (« mais il pèse combien votre piano ?! » « bah, 25 kilos ! » «  ah OK, il va falloir que je change mes glissières, et que je renforce les fixations alors… »), et au final, nous avons un tiroir nickel pour y ranger le piano.

Le fameux tiroir !

Le fameux tiroir !

Maintenant, il faut juste avoir le courage de le sortir, de le porter jusqu’à la table, et… de trouver une solution pour qu’elle ne tremble pas comme une feuille quand on joue de manière un peu appuyée. Heureusement que les guitares ont été moins difficiles à caser ! Parce que nous avons également deux guitares à bord, Brann en jouait ado et jeune adulte pour draguer les filles, avant d’avoir d’autres cordes à son arc, moi j’avais tenté de m’y mettre ado aussi, sans succès, et je comptais sur lui pour m’apprendre, et faire des duos au milieu de l’océan). Pour l’instant j’ai eu droit à quelques concerts privés, et nous avons acheté des Diapasons pour pouvoir chanter en choeur. Les concerts publics seront pour plus tard (ou pas…) !


A propos de Sarah

Sarah est médecin urgentiste et journaliste scientifique, passionnée de lecture, de voyages, de musique, de thé et de chats. Et maintenant de bateaux !


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Les instruments de musique à bord

  • Manu

    Mais c’est du super matos ! on dirait un Yamaha FP7, j’ai le même ! Du coup je me pose une question. C’est quoi l’autonomie de la batterie pour l’alimenter, cet engin (lourd en effet, très lourd) ? Le temps de jouer Au Clair de la Lune, ou bien Brann pédale pendant que tu joues ?

    • brann

      C’est un Roland FP7 mais j’imagine que c’est ce que tu voulais dire ! Quand a la consommation, 4A@12V max d’après l’adaptateur secteur, donc on a le temps de voir venir (on a 600Ah de batteries à bord). Sauf qu’il faut aussi alimenter le frigo, les ordis, en traversée le pilote automatique et les instruments de nav …. l’électricité à bord, un vaste sujet !